Milk shake à la fraise

Cher blog,

Nous nous noyons actuellement dans le milk shake yaourt fraise. Tu n’imagines pas à quel point c’est délicieux, surtout en fin de repas, après les infos et leur cohorte de désastres.

Il s’agit de prendre des fraises, même produites dans de vastes exploitations qui pompent l’eau des sous sol, et cueillies par une main d’oeuvre immigrée sous payée, du lait de vaches qui ne voient pas le jour, et dont les propriétaires ne gagnent pas leur vie, du yaourt fabriqués sur le dos des producteurs de lait qui ne gagnent pas leur vie et dans des usines affreuses, probablement polluantes et auquel on a peut-être rajoutés de la gélatine de porc et du sucre, et de verser le tout dans un mixeur fabriqué en Chine par des ouvrières payées en dessous du minimum légal de la Chine ( déjà très bas).

Milk Shake à la fraise

Bon, tu appuies sur le bouton sans trop penser à l’électricité que tu consommes, produites dans des centrales nucléaires dont on stocke les déchets radioactifs on ne sait trop où et dans des conditions de sécurité douteuse, et tu verses dans les verres.

L’actualité nous a peu renseigné sur les verres, mais la présence de bisphénol dedans n’est pas à exclure, ou bien celle d’autres produits cancérigènes ; mais on ne le sait pas encore, ce qui permet de conserver une relative sérénité, quoiqu’il soit douteux que les ouvriers qui les fabriquent soient bien payés. Si quelqu’un sait, il peut m’envoyer un mail.

J’appelle les enfants, qui, après avoir débarrassé la table (un reste d’éducation classique, mais en même temps je ne sais pas si une bonne mère demande à ses enfants de débarrasser : quelqu’un a une idée de l’avis de Dolto, Naouri, ou Winnicot sur le débarrassage ? C’est admis ou ça traumatise ? il n’est pas exclu que j’ai d’ores et déjà tout faux et que leur avenir soit déjà durablement grevé à cause de moi), ramènent les milk shake dans le salon.

Et c’est à ce moment là que se produit un petit miracle : nous portons nos verres à nos lèvres et buvons.

Au moment précis où les papilles gustatives entrent en contact avec le milk shake, c’est tellement délicieux que nous oublions tout ; ce plaisir là nous appartient, ne fait de mal à aucun enfant, aucun animal, ne participe à l’exploitation d’aucun être humain.

Ensuite, naturellement, il faut reposer le verre et se souvenir de tous les êtres humains exploités, les animaux torturés, le réchauffement de la planète et toutes les horreurs auxquelles nous avons lâchement et égoistement collaboré en fabriquant le milk shake. Mais à ce moment-là, il suffit de vite s’asseoir devant la télé, et l’abrutissement télévisuel qui ne manque pas de nous saisir permet opportunément de fuir le sentiment de culpabilité qui pourrait nous envahir.

Milk Shake à la fraise

Advertisements

2 thoughts on “Milk shake à la fraise

  1. Ah tu réussis quand même à me donner envie de ce milk shake 🙂 Tu imagines si chacun de nos actes s’accompagnaient de cette prise de conscience ? Ce serait la folie, la réflexion, l’intense réflexion…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s