Le troisième ange, d’Alice Hoffman

Alice Hoffman me fait irrésistiblement penser à Daphné du Maurier ou Vicky Baum. Voire Elisabeth Goudge. Des livres de la bibliothèque de ma grand mère ou de ses amies, et que j’étais bien obligée de lire en vacances, au fin fond de la campagne profonde, quand je n’avais plus rien à se mettre sous la dent. On lit, on a même du mal à lâcher le livre. Il y a une histoire – ces auteurs anglais qui racontent des histoires, avec un début, un commencement et une fin, les naïfs. Bon. On aime l’histoire. On lui découvre même un certain charme, voire un charme certain. Bon. Mais après, comment dire ? Après – pas grand chose.
Mais faut-il obligatoirement qu’il y ait quelque chose, au fond ? Le faut-il ? Je ne sais pas. C’est un débat. En tout cas, le “Troisième ange“, d’Alice Hoffman, possède un charme indéfinissable, léger, comme une promenade de fin d’après-midi dans la campagne (car, qui fait encore des promenades de fin d’après midi dans la campagne ?). Moi- même, je l’ai lu d’un bout à l’autre sans m’arrêter, poussée par le désir de savoir où on allait finalement arriver.
Alors, ce troisième ange ? La quatrième de couverture nous livre des indices :
As-tu déjà entendu parler du troisième ange ? C’est quelqu’un comme toi et moi. Parfois, c’est nous qui venons à son secours. Il est sur terre pour nous montrer qui nous sommes réellement.
Certes. Alors, cet ange, qui sauvera-t-il ?
Maddy, la dernière : venir à Londres pour le mariage de sa soeur, la fille à la vie parfaite, ça ne l’enthousiasme pas, surtout qu’elle a eu une brève liaison avec le marié, un homme antipathique – ou peut-être pas ? Et voilà que les choses tournent d’une façon tout à fait inimaginable.
Frieda, la mère de Paul : et de deux. La jeune Frieda, venue à Londres bien avant Maddy, également au Lion Park Hotel, rencontre un musicien torturé, star en devenir, et, contre toute attente, vit une brève liaison avec lui. L’aime-t-elle ? Doit-elle le suivre ?
Lucy, la mère de Maddy, pour commencer : elle a 12 ans, et déjà, la vie lui pèse. Elle supporte un pénible voyage en Angleterre pour le mariage d’une vague parente. Mais sa rencontre avec l’ange va, là encore, bousculer le déroulement des évènements.
Tout bouleverser ?
Dit comme ça, on s’attend peut-être à ce qu’il paraisse, tel l’enfant (…) et que hop, tout change… Mais le récit est plus subtil que ça : la vie des trois héroïnes subit d’imperceptibles modifications, elles portent un regard neuf sur le monde, elles se révèlent à elles-même.
Pourquoi Maddy, en dernier, alors que je parle d’elle en premier ? Parce que le récit est antéchronologique, trouvaille intéressante. C’est à dire que les évènements les plus récents sont racontés en premier et les plus anciens ensuite.
Qu’en conclure ?
Des héroïnes avec du caractère, des personnages secondaires soignés, un récit romanesque qui réserve des surprises, tout ça à Londres : allons-y.

Le Troisième ange

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s