Le Campo del Moro

Postulat de base : Madrid c’est bien, mangez-en.
Madrid, c’est une ville super chouette. Presque mieux que Paris. Bon, Paris c’est Paris (et Paris sera toujours Paris, on le sait), mais il fait chaud, il y a plein de gens, en plus ils sont français, et s’il ne fait pas chaud, il fait froid – ou il pleut. On ne te donne rien à grignoter dans les bars si tu bois un verre, et c’est cher. Les serveurs sont désagréables. Faut connaître. Enfin, j’aime Paris quand même, hein, chaque fois que j’émerge du métro (plutôt rarement, ces dernières années), j’ai les larmes au yeux, c’est mécanique. C’est la nostalgie. La moindre photo de Paris me rend toute chose.
Mais voilà, Paris, je n’y suis pas, rendons nous à l’évidence. Je suis à Madrid.

Madrid, c’est comme Paris, mais en plus espagnol.
Et l’un des trucs bien qu’il y a à Madrid, ce sont les parcs. Madrid est une ville pleine de parcs. Et dernièrement, suite à la venue d’une copine à Madrid (Note : elle est repartie en disant que j’avais raison et que c’était génial ; je tente de convertir toutes mes copines et ça se passe plutôt bien, je dois dire) nous sommes allées dans un parc. Par accident, en fait, on s’est retrouvé quelque part et j’ai vu de loin les grilles d’un parc, je me suis demandé ce que c’était, qu’est-ce, lui ai-je dit, mais eh oh quoi tu connais pas, m’a-t-elle répondu, oh ben je ne peux pas tout savoir, hein, et c’était le Campo del Moro, soit le parc qui se trouve en contrebas du Palais Royal. .

Mais je ne m’attendais pas à ce que le Campo del Moro soit là, et pourtant si.
Ce parc, quand nous y sommes allées (fissa, car notre but ultime était autre), se trouvait pratiquement désert ; on a eu comme l’impression de se promener dans les allées d’un parc de conte de fées privé – impression que l’on n’a pas du tout au Retiro, par exemple, où il faut venir super tôt et en semaine (et pas l’été) pour avoir cette sensation.
On a eu du mal à le quitter, et je suis promis d’y retourner. Dame, c’est pas tous les jours que des roturières comme nous peuvent se croire Princesses en leur jardin, et se demander quelle fée va surgir de derrière un arbre…

Donc, lorsque tu passes la porte, tu vois ça.

Puis tu descends un petit escalier tout enfoui dans les arbres zet les buissons. Tu ne vois pas de fées, elles partent en t’entendant arriver et dire avec ta copine : “Ooooooooohhhhh c’est booooooo” et ça les gave, mais la prochaine fois je vais doucement et je guette, promis.

Des sortilèges ont transformé des gens en pierre il y a très longtemps, mais on les voit entre les arbres.

La maison de la mystérieuse gardienne des lieux…

Les escaliers pour aller au Palais, envahis par les herbes… Bon, en fait, il y a une chaîne, on ne peut pas passer. Enfin, on peut l’enjamber.

Voilà…

Note : oui, Campo del Moro, ça veut dire Champ du Maure, et j’ai prévu un post pour parler de ça… Mais je suis un peu, hum, paresseuse.

Advertisements

2 thoughts on “Le Campo del Moro

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s