Celébration, la ville parfaite, connaît son premier meurtre

Durant le week end de Thanksgiving, Celebration, la ville idéale créée par les Studios Disney (qui ne l’administrent plus depuis 2004 ) s’est réveillée dans la stupeur : eh oui, un meurtre, un vrai, avait bel et bien été commis.

C’est tout bonnement le premier meurtre commis dans cette ville depuis sa création en 1994 . Il y a quelques années, un résident a dit en plaisantant à un journaliste que Celebration se sentait comme les autres villes quand un vélo y  était volé. Maintenant, elle doit se sentir encore plus comme les autres villes.

Celebration ressemble à un décor de cinéma évoquant un village de Nouvelle-Angleterre, même si certains lui trouvent un faux air de Truman Show. 94% de Blancs, 5% d’Asiatiques et de Noirs, et bien entendu pas de pauvres : la sélection se fait tout naturellement, par le prix des maisons, 400.000 dollars en moyenne. Pourtant, la ville a subi les effets de la Grande Récession  : des maisons y sont maintenant disponibles pour moins de 300.000 $, et des condos à 120.000 dollars.

Et donc, dans cette petite ville où tout le monde se connaît et surveille un peu tout le monde, les voisins se sont émus de ne pas avoir croisé Matteo Giovanditto, 58 ans, durant plusieurs jours. Après que  sa disparition ait été signalée à la police, un voisin s’est rendu chez lui et l’a trouvé mort ; les enquêteurs n’ont pas révélé dans quel état il avait été découvert.

Son assassin a été arrêté le 6 décembre suivant : il s’agit d’un sans-abri, qui connaissait la victime, David-Israël Zenon Murillo. Selon les enquêteurs, Murillo a vu Giovanditto tenter de mettre quelque chose dans son verre, il s’est mis en colère et, tout naturellement, si je puis dire, il a battu Giovanditto à mort avec une hache.
“C’est un homme malade», a déclaré Murillo aux journalistes devant le bureau du shérif du comté d’Osceola. “Il est malade et il est mauvais, et je pense qu’il a eu ce qu’il méritait.”

Là, je crois qu’on tient un bon sujet pour un film, à condition de faire attention au réalisateur. Tout y est : la ville idéale, angoissante, trop belle pour être vraie, le riche citoyen de cette ville idéale, et le méchant SDF.

Contexte : une ville américaine de carte postale, avec place publique, gazons verdoyants, ciel bleus, voisins gentils, maire charmant, comme dans les vieux Disney.
En second rôle : une fliquesse enceinte (oui, je sais, c’est Fargo : eh bien tant pis), une galerie de voisins tous plus frappadingues et inquiétants les uns que les autres à force d’être comme il faut ;  la clef de l’énigme étant détenue par une petite fille de huit ans élevée par une mère névrosée mais qui sort de chez elle la nuit et a tout vu par la fenêtre.
Elle sait qu’en fait, G. a pour hobby l’assassinat de sans abri. M. , amant de la dernière victime de G, a mené son enquête et a retrouvé la trace de G. Mais, alors qu’il allait le faire chanter, M. s’est avisé que G. allait le tuer, et a pris les devants.

Une possibilité. Sinon, on peut faire plus trash avec plus de retournements de situation.
Non seulement G. a pour hobby l’assassinat de sans abri, mais il les torture/viole/découpe/dépèce (ou il leur fait tout ça).  En plus quelques images nous laissent deviner qu’il raconte tout ça en code sur des forums Internet  – car Internet c’est le mal – à des amis animés des mêmes pulsions meurtrières à travers le pays. Donc il a torturé/violé/découpé/dépecé/ l’amant (ou ex-amant) de M. qui a mené son enquête,  a retrouvé G, l’a fait chanter, puis, paniqué, l’a tué en voyant qu’il allait l’empoisonner.

La petite fille de 8 ans a vu M. battre G. et elle a fini par se confier à la fliquesse enceinte.
Les flics arrêtent M.

MAIS un copain de G. se rend chez lui pour recupérer du matos qui pourrait mettre la police sur la piste de leur réseau de fous meurtriers intégrés socialement. Il discute avec les enquêteurs sans éveiller particulièrement leurs soupçons et se fait remarquer par la petite fille qui l’a déjà croisé dans la rue avec G, et l’ex amant de M.
Craignant d’être reconnu, il fomente de tuer la petite fille (et de la torturer/violer/découper/dépecer pour pas gâcher ). La fliquesse enceinte (je crois que c’est la même que dans Fargo, elle a été promue) suit le fil de son enquête et de ses réflexions, les indices s’accumulent et tout d’un coup elle a un flash et comprend que l’ami de G.est un horrible meurtrier, elle sort de chez elle nuitamment, se rend chez la petite fille, l’ami de G. a déjà ligoté ses parents et enlevé la petite fille, elle le poursuit, le retrouve, haletante traque, il la blesse, sauvera-t-elle l’enfant ? Oui ? Non ? Elle est blessée, elle saigne, elle ne bouge plus, la petite fille non plus, le méchant non plus, seraient-ils tous morts ? on est complètement stressés, mais eh, oh, c’est un film américain, ils se retrouvent tous en pleurant à l’hôpital, la fliquesse enceinte, son mari, la petite fille, les parents, ils s’étreignent et personne n’est mort, sauf le méchant.
Et le sans abri va être libéré sous caution et trouver, en attendant le procès, un boulot de marchand de glace ambulant sur une charrete rose avec une cloche pour appeler les passants dans la ville idéale.

Non, c’est pas vrai, hein, je ne sais pas si ça s’est passé comme ça, mais franchement, ça fait penser à ça, non ?

Sources : wdbo

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s