4 avril 2011, bilan situation de la droite en France

Contexte :

  • sortie de Cantonales avec FN médiatiquement gonflé, deux élus FN, relative victoire PS
  • débat sur l’Islam qui a commencé par un débat sur l’UMP

Psychodrame à droite


Les Présidentielles, c’est dans un an. Nicolas Sarkozy dégringole dans les sondages. Du coup, il y a de la place pour d’autres ambitions à droite, en pleine tourmente.

 

Hors du gouvernement

Le Parti chrétien-démocrate (PCD) de Christine Boutin, mouvement associé à l’UMP, a adopté samedi une motion (105 cadres sur 143) pour une candidature à la présidentielle de 2012, pendant un conseil national à Paris. Pour Christine Boutin, «la droite est diverse. Il serait excessivement dangereux et irresponsable qu’elle ne soit représentée que par un seul candidat».  «La rupture entre les Français et Nicolas Sarkozy est profonde», a-t-elle ajouté, se posant en garant des «valeurs judéo-chrétiennes» face au chef de l’Etat, «un libéral influencé par les sondages» et dans «le show permanent».  Et d’une.

Jean-Louis Borloo, président du Parti Radical, est passé saluer amicalement les cadres du parti de Christine Boutin dans la matinée. “C’est un beau geste d’amitié.”, commente Christine Boutin. Jean-Louis Borloo a pris tout autant qu’elle ses distances avec la droitisation extrême imposée par Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé à l’UMP. Bien qu’anciens ministres de Nicolas Sarkozy, ils marquent tous les deux leur différence avec le gouvernement de François Fillon et avec la stratégie présidentielle. Ça fait deux.

De son côté, le comité exécutif de l’Alliance Centriste, présidée par le sénateur Jean Arthuis a réaffirmé samedi sa volonté “de prendre part à la refondation de la famille centriste au sein de la Confédération en cours de constitution”.  Dans cette optique, il est chargé par les membres du comité exécutif de rencontrer François Bayrou (MoDem), Jean-Marie Bockel (Gauche Moderne), Jean-Louis Borloo (Parti Radical) et Hervé Morin (Nouveau Centre). Les conditions préalables a une entente sont :  “indépendance”, “ouverture à toutes les composantes, sans exclusive” et “identification du projet que portera devant les Français son candidat lors de l’élection présidentielle”. Un parler franc, un parler vrai. Non ? On verra ce que ça va donner. Une troisième vois divergente (ou disons, deuxième et demie).

N’oublions pas Hervé Morin, jusqu’à nouvel ordre toujours candidat. (trois ?)

La position de Dominique de Villepin est quant à elle mystérieuse, sans l’être tout à fait, façon Straus-Kahn : il affirme qu’il faut laisser “se décanter les choses. Vouloir aujourd’hui précipiter le débat ou les choix électoraux, c’est figer la donne et ce serait la garantie de repartir pour un tour, alors qu’on voit bien que d’alternance en alternance ce ne sont pas véritablement des choix qui sont proposés aux Français mais de simples ajustements. Il faudra sans doute passer le cap de l’année pour que les choses se clarifient. C’est désagréable, mais il faut aller jusqu’au bout de cette purge. Ensuite les espoirs pourront se cristalliser. Les Français attendent une refondation, une nouvelle façon de faire de la politique.” Vous avez tout compris ? Là aussi, on est dans le parler franc, ça fait presque peur. Mais enfin, on est à quatre candidats potentiels, à droite, hors gouvernement.

 

Même dans le gouvernement, il y a des remous

Et au sein même du gouvernement, les élections cantonales ont amené les divisions au grand jour. Les consignes de vote pour le second tour et le débat sur la laïcité et l’islam ont fait affleurer les divergences entre le président de la République et son Premier ministre.

François Fillon prend des distances avec ses camarades, et devient dangereusement populaire. Lorgnons du côté des sondages : Harris Interactive, pour Le Parisien de ce dimanche, annonce que les électeurs de droite préfèrent Fillon à Sarkozy : 57% souhaitent une candidature du Premier ministre à la présidentielle, contre 54% pour le chef de l’Etat. (Nicolas Sarkozy reste cependant en tête au sein des sympathisants UMP).

 

Le risque

La multiplication des candidatures à droite et au centre-droit représenterait un risque de 21 avril à l’envers (élimination de la droite au premier tour, comme Jospin éliminé face à Chirac et Le pen). Pas question donc de laisser proposer une offre politique pléthorique à droite au premier tour.

C’est pourquoi dimanche, l’UMP envoyait Jean-François Copé et Jean-Pierre Raffarin, s’exprimer afin de recadrer les troupes.

Jean-François Copé, au Parisien/Aujourd’hui en France : “Il est capital, compte tenu de la difficulté de l’enjeu, que notre famille politique soit rassemblée autour de Nicolas Sarkozy. Il faut éviter à tout prix des candidatures multiples qui seraient suicidaires pour notre camp”.

Jean-Pierre Raffarin, invité du “Grand rendez-vous” Europe 1/Le Parisien Aujourd’hui en France : “Evitons trop de candidatures”. “A trop nous disperser, on risque d’être exclu du second tour”.

Bonus de Raffarin sur François Fillon : à propos d’une candidature du Premier Ministre, Raffarin a été très clair : “C’est une hérésie, il n’y a pas d’espace dans le camp du président contre le président. C’est un principe clair de la Ve République”.

En outre, Raffarin n’hésite pas à incriminer François Fillon : “S’il y a eu trouble (dans la majorité) c’est parce qu’on a eu le sentiment d’une divergence entre l’Elysée et Matignon”.”Le principe de loyauté était le principe de Matignon”, a-t-il ajouté, tout en se déclarant “sûr que François Fillon aura à coeur d’afficher cette loyauté dans les jours à venir”.

 

Il y a message. Résumons : la droite doit se rassembler en vue des Présidentielles, sous peine de dislocation, et François Fillon tout particulièrement doit rentrer dans le rang.

A suivre, forcément….


Everything is possible, naturellement… Mais tout ça veut aussi dire n’importe quoi.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s