Leviathan, de Scott Westerfeld

 

Vous l’ignoriez peut-être : en 1914, une Guerre Mondiale a eu lieu, mettant aux prises des adversaires redoutables : les darwinistes (Anglais, Français), généticiens créateurs de monstres issus d’animaux modifiés et de l’autre, les clankers (Allemands, Autrichiens), mécaniciens hors pair, fabricants de robots.
Parfaitement. Et dans Leviathan, de Scott Westerfeld, vous pourrez suivre les aventures militaro-amoureuse de l’héritier de l’empire austro hongrois, le prince Aleksander, dont les parents ont été assassinés (à Sarajevo) et d’une jeune fille, pilote de I’Air Service, l’armée de l’air britannique.
Je vous révèle le début : le prince Aleksander, dont la vie est menacée depuis l’assassinat de ses parents, fuit en Suisse à bord d’un robot bipède blindé. Pendant ce temps là, la jeune Écossaise Deryn Sharp, orpheline et pilote, déguisée en garçon, fait partie de l’équipage du Léviathan, une baleine géante gonflée à l’hydrogène, qui transporte un chargement biologique, classé secret défense. Ils font route vers l’Empire ottoman, mais les Allemands les attaquent et le Léviathan s’écrase dans les Alpes, en Suisse, tout près de l’endroit où se cache Aleksander. Evidemment, ils vont se rencontrer….
On pense à Jules Verne en lisant ce roman, mais en mieux ; on pense aussi à des mangas japonais et, curieusement, à Little Nemo in Slumberland, en plus belliqueux et moins onirique. Scott Westerfeld mêle habilement l’histoire et la SF, dans une cascade de rebondissements dans ce roman pour ado, brillamment illustré par Keith Thompson. Si vous avez un cadeau à faire pour Noël à un ado amateur de SF, offrez-lui Léviathan.

Advertisements

Sauvons les monstres ! de Morgan, Sinden et Macdonald

 

Pour Petit Garçon, c’est clair : la Société protectrice des monstre est SON roman. Il avait adoré le tome 1, il a adoré le tome 2, Sauvons les Monstres.
Cette fois, c’est un  monstre marin qui arrive à la société protectrice des Monstres. Et à nouveau, Ulf, le gentil loup garou, prend les choses en main. Sauf que le méchant baron Marackai, flanqué de ses deux acolytes stupides, ne compte pas laisser en paix ce monstre, qu’il prévu de déguster…. Ulf va tenter de l’en empêcher.

Et là, je vous pose à vous, parents, LA question qui tue : réussira-t-il ?
On ne sait pas.
Suspens.
Bref, c’est bientôt Noël et je recommande plus que chaudement cette série de chez Pocket jeunesse, pour 9 – 12 ans amateur de Monstres. Résultats garantis. De mon côté, j’attends le troisième….

Le royaume de Ga’hoole, de Kathryn Lasky

Le royaume de Ga'hoole, Kathryn Lasky

Le royaume de Ga’hoole, de Kathryn Lasky – roman pour jeunes adolescents – Fanette – BNWZ

Kathryn Lasky, avec sa série en 15 tomes, “le Royaume de Ga’hoole“, propose un roman pour enfant littéralement charmant : je veux dire par là qu’on se laisse avec un grand plaisir, prendre au charme de cette histoire délicieuse et mignonne comme tout, qui pourtant nous promène dans un univers différent du nôtre mais dans lequel les héros devront faire preuve de courage et de fidélité à travers mille épreuves.

C’est l’une des dernières lectures des enfants, et je me suis penchée dessus par désoeuvrement : je n’ai pas été déçue.
Dans ce très sympathique roman pour enfants, les héros sont des chouettes et autres rapaces nocturnes.

Mais, ce détail mis à part, il s’agit d’une épopée, pleine de drames, de rebondissements et d’espoir : alors que de terribles chouettes, mues par le désir de prendre le contrôle du royaume des chouettes, ont crée une organisation monstrueuse qui enlève les jeunes ooisillons pour les transformer en une armée d’oiseaux au cerveau lavé, dociles aux volontés de leur chef, deux adorables et courageux petits oiseaux réussissent à s’échapper pour entreprendre une véritable odyssée, à la recherche du royaume de Ga’hoole, dans lequel vit un ordre de chevaliers, de braves héros chouettes, dont le monde a besoin.
Si je devais décrire ce roman, je dirais qu’il est doux comme les plumes d’un oisillon, et tout aussi attendrissant. Par ailleurs, l’univers dans lequel les héros évoluent est agréablement végétal : arbres, forêts, désert, tout cela vu d’en haut, puisqu’on est dans un univers d’oiseaux.
Par ailleurs, on nage en pleine épopée :  les héros sont courageux, les traîtres punis, certains personnages sont ambigus, ce qui limite l’effet un peu infantilisant de la dialectique bon/méchant, l’histoire est rafraîchissante (est-ce le sentiment de voler dans les airs qui donne cette impression ?) et à mettre d’urgence entre toutes les mains d’enfants, surtout de 8 à 11 ans. Naturellement tous les adultes sensibles au merveilleux épique peuvent lire également cette épopée chaleureuse et revigorante. Sans compter que le film, réalisé par Zack Snyder (300 et Watchmen) est sorti (si je ne m’abuse). Donc, cet hiver, à noël, n´hésitez pas : Le royaume de Ga’hoole !

Le royaume de Ga’hoole, de Kathryn Lasky – roman pour jeunes adolescents – Fanette – BNWZ

Les étranges talents de Flavia de Luce, d’Alan Bradley

Les étranges talents de Flavia de Luce

For-mi-da-ble ! Absolument formidable ! Un roman frais, pimpant, guilleret, drôle, futé, malin, tonique….En plus, lisible de 10 à 80 ans ! Bon, d’accord, peut-être plus de 10 à 20, mais qui ne rêve pas de retrouver ses 20 ans une petite heure ?
Voyons tout d’abord de quoi il retourne : 1950, campagne anglaise, manoir, colonel à la retraite. Le genre de basique qui (me) fait fuir, sauf si relevé à une sauce quelconque (mais qui a tué Harry? par exemple). Or, à tout cela, rajoutons la benjamine du colonel de Luce, Flavia. Une pestouille de 11 ans, férue de chimie, fouineuse en diable et cauchemard de ses deux grandes soeurs. Dans ce cadre sympathique, voilà qu’un drame se noue : un oiseau mort est retrouvé devant la porte de la cuisine, avec un timbre en travers du bec ; un cadavre surgit dans les concombres, et le colonel de Luce semble bien bizarrement affecté par tout ça. Serait-ce lui le coupable ? Sa fille a une doute et mème l’enquête.
L’intrigue, quoique fantasque, est solide et les évènements et indices sortent les uns à la suite des autres dans le style des polars anglais façon Agatha Christie. Dans le même temps, les démélés et crêpages de chignon des soeurs de Luce fournissent des pauses souriantes et bienvenues, qui tout à la fois aèrent et servent l’intrigue. Les personnages sont tous originaux, tracés avec une fantaisie qui rappelle Nancy Mitford ou P.G. Wodehouse. Et pendant tout ce temps, l’intrigue nous entraîne dans ses plaisants méandres, sans complexité, mais avec  enjouement.
Bref, rien à redire, sauf que c’est un excellent divertissement, à mettre d’urgence entre le plus grand nombre de mains possible.

La cité des Ténèbres, de Cassandra Clare

La cité des ténèbres, Cassandra Clare

Et alors, l’impression générale de  la Cité des Ténèbres, de Cassandra Clare ? demandé-je impitoyable, à l’ado chargé de la lecture du roman ;  surpris, probablement par l’originalité de ma question, il se venge : “j’adore”. Ah ouais, on me l’a déjà faite. Moi aussi, je disais ça quand j’étais jeune. Pourquoi ? insisté-je. Réponse : J’aime bien ce genre. Quel genre ? Réponse : Euh, SF, loup garou, elfes, vampires, magie. Moto qui vole.
Vous voilà avertis.

La cité des Ténèbres, de Cassandra Clare
Continue reading

Hunger Games, de Susan Collins

Hunger Games, de Susan Collins - Pocket Jeunesse

Hunger Games, Suzan Collins

Il va cette fois s’agir d’un livre pour ado, que j’ai soumis au jugement d’une jeune fille de 11 ans, grosse lectrice il faut l’avouer, vu les autres titres dont elle m’a parlé.

Continue reading