Seul à savoir, de Patrick Bauwen

Seul à savoir, de Patrick Bauwen

Un thriller ! Et français de surcroit, c’est intéressant, non ? Voilà une bonne raison de lire ce roman qui sort en septembre.
Et la surprise est bonne. Moi qui aime les thrillers, je n’ai pas été déçue. Si vous ouvrez ce livre, attendez vous à passer un excellent moment, sauf si vous détestez les thrillers, bien entendu.
Le pitch :
Alors qu’elle est étudiante en médecine, Marion March tombe follement amoureuse du Dr Nathan Chess, spécialiste de la chirurgie des mains. Mais du jour au lendemain, il disparaît sans laisser de traces.
Quinze ans plus tard, Marion, devenue journaliste, pense toujours à Nathan. Et puis voilà, tout d’un coup, que sur facebook, un internaute, « Le Troyen », demande à être son ami. Mais le Troyen entoure Marion de ses filets et exige d’elle son aide, sans quoi “des gens mourront”. Marion, terrifiée, et désireuse de sauver et retrouver l’homme de sa vie, décide d’obéir aux instructions du Troyen, et part aux Etats-Unis. Un véritable jeu de piste s’engage alors…
Ce que ce pitch ne dit pas, c’est la structure très maîtrisée de ce roman au style direct et tonique (on n’est pas là devant un artiste de la langue, mais face à un malin du scénario) qui vous prend au piège, dans la tradition des meilleurs thrillers. Les informations sont savamment amenées, de façon à nous en dire assez, mais pas trop. En outre, Facebook joue un rôle clef dans ce roman, ce qui lui donne un caractère moderne non négligeable. Des romans intégrant Facebook, vous en avez lui beaucoup ?
Un thriller à lire, donc, absolument, à offrir, à recommander, en urgence.

Shanghai Moon, de S.J. Rozan

Shanghai Moon, de S.J. Rozan

Aujourd’hui, c’est la grève. Et du reste, on nous dit que l’actu sociale de la rentrée sera chargée. Et nous voulons bien le croire. Or, que faire dans les transports en commun ou en attendant les transports en commun un jour de grève ? Lire. Un truc de préférence bien distrayant, qui occupe l’esprit. Et justement, voici un réjouissant thriller, publié au Cherche midi. De quoi vous faire aimer la grève, qui vous offre le temps de lire.

Pourquoi réjouissant ? Penchons nous sur le pitch.
Lydia Chin, détective privée à New-York, est engagée par une avocate suisse pour retrouver à Chinatown un fugitif venant de Shanghai qui se serait enfui avec des bijoux appartenant à une famille de réfugiés juifs des années 30. Peu de temps après son embauche, le collègue de celle-ci est assassiné. Lydia cherche alors à comprendre comment des bijoux dont la valeur est sentimentale peuvent être à l’origine d’un crime. Elle entend alors parler de la Lune de Shanghaï, un bijou légendaire, mystérieux, perdu depuis les années 30, justement. Est-ce que ce bijou serait entre les mains du fugitif chinois ?

Bon, là, j’ai fait en sorte de ne pas trop en dire… Parce que c’est une histoire diablement compliquée, sur plusieurs époques : les lettres de la jeune Rosalie Gilder, ainsi que les souvenirs des divers personnages entrainent le lecteur dans la Shanghai des années 30, où de nombreux juifs se sont réfugiés, avec d’être internés dans des camps par les japonais (camps nettement moins monstrueux, pour les Juifs, que les camps européens). C’est par les yeux émus de l’héroïne, Lydia Chin, qui vit en 2009, à New York, en plein Chinatown, que nous découvrons la vie de cette jeune femme, son mariage, son destin tragique.
On évolue donc avec elle dans deux univers très différents, et pourtant liés à la Chine, d’une façon ou d’un autre. Mais Lydia Chin est également une new yorkaise ordinaire, qui se glisse entre les communautés de la ville avec une aisance de Gavroche local.
On peut distinguer trois parties dans ce roman : l’histoire fascinante de Rosalie Gilder, par le biais de ses lettres à sa mère et au fil de l’enquête de Lydia. Puis, le drame se noue et nous en revenons au mystérieux fugitif chinois, assassin supposé : quelles sont ses motivations ? L’enquête de Lydia Chin se complique alors de la plus plaisante façon, et on n’y comprend plus rien, dans la multiplicité des personnages, ce qui pousse naturellement le lecteur à poursuivre sa lecture. Et finalement, le dénouement s’opère, le fil complexe de l’intrigue finit par se dénouer et c’est l’esprit apaisé que nous pouvons reprendre le cours de nos activités normales.
Excellent thriller, impeccablement géré : l’intrigue est complexe et bien menée, les personnages attachants et solides, le suspens fonctionne admirablement. Rien à dire. Un très bon moment.